Le 114e régiment d’infanterie à Paris

Léon Gimpel, Le 114e régiment d’infanterie à Paris, 14 Juillet 1917, autochrome, collection Société française de photographie

Léon Gimpel, Le 114e régiment d’infanterie à Paris, 14 Juillet 1917, autochrome, collection Société française de photographie

Employé par l’hebdomadaire L’illustration à partir de 1900, Léon Gimpel figure parmi les pionniers du photoreportage. Intéressé par les innovations techniques et les sujets urbains, il adopte le procédé de l’autochrome des frères Lumière qui permet de restituer la couleur par l’emploi de fécules trichromes, afin d’approcher au plus près la réalité.
Ce cliché, du 114e régiment d’infanterie, a été réalisé lors d’un défilé, le 14 juillet 1917 à Paris. Un groupe de soldats y pose derrière un drapeau tricolore transpercé par les balles. Cette photographie très marquante oscille entre héroïsme patriotique et témoignage de l’horreur du conflit. Le drapeau déchiré mis au premier plan fait écho à une France meurtrie tandis que l’alignement de soldats donne un visage à la guerre. Nous pouvons aussi noter la présence d’un drapeau américain, indiquant l’entrée en guerre des forces alliées. Un autre détail lié à la mise en scène crée un décalage sémantique : La «fleur au fusil», symbole de l’enthousiasme et du courage des débuts, contraste avec la mine grave des soldats.

Arman Mohtadji