L’aviateur « Pépète » vient d’abattre un « Taube » à coups de mitrailleuse

Léon Gimpel, L’aviateur « Pépète » vient d’abattre un « Taube » à coups de mitrailleuse, 19 septembre 1915, autochrome, collection Société française de photographie

Léon Gimpel, L’aviateur « Pépète » vient d’abattre un « Taube » à coups de mitrailleuse, 19 septembre 1915, autochrome, collection Société française de photographie

Employé par l’hebdomadaire L’illustration à partir de 1900, Léon Gimpel figure parmi les pionniers du photoreportage. Intéressé par les innovations techniques et les sujets urbains, il adopte le procédé de l’autochrome des frères Lumière qui permet de restituer la couleur par l’emploi de fécules trichromes, afin d’approcher au plus près la réalité.
Resté en retrait du conflit pendant la guerre, Léon Gimpel se lie d’amitié avec des enfants jouant dans le quartier des Halles à Paris, où il habite, et réalise un reportage parfois intitulé «l’armée de la rue Grenéta» ou bien, «la guerre des gosses» en référence à l’œuvre illustré de Francisque Poulbot. Ciblés par la propagande, les enfants sont impliqués dans le conflit et tendent à le reproduire par des scènes de jeu. De la capture du prisonnier, jusqu’à la remise de médailles, tout le récit du soldat héroïque est reproduit par les enfants.
Les couleurs pastel liées à la technique de prise de vue et les cadrages en légère contre-plongée révèlent une certaine tendresse de la part du photographe. En partie attendrissante, ces photos mettent néanmoins en avant, avec une certaine dureté, l’impact de la guerre sur l’enfance et sur la société.

Arman Mohtadji